Accueil Espace presse Interventions de la FBF "Le numérique est un des grands défis des banques avec les taux et Bâle IV"  
 
 
 

Infos  

 
05 octobre 2016

"Le numérique est un des grands défis des banques avec les taux et Bâle IV"

Marie-Anne Barbat-Layani, Directrice de la FBF, a donné un entretien au journal La Tribune dans lequel elle évoque les grands défis des banques

 

Le numérique au service des banques

Le numérique a fait évoluer les usages de la banque. Dorénavant, tous les services courants peuvent se faire par Internet, les clients se rendent donc moins fréquemment en agence. Elle ajoute : " Mais cela ne remet en cause ni le conseiller, ni l'agence ". Ainsi, le modèle plébiscité par les français est celui d'un conseiller attitré, complété d'un bon service numérique. "Le numérique vient renouveler la proximité entre les clients et leur banque". Il faut donc voir le numérique comme une opportunité d'amélioration de la relation client et d'innovation.

De nouveaux acteurs non bancaires

"Les banques sont déjà des acteurs du digital. Elles ont beaucoup travaillé sur le parcours client pour qu'il devienne vraiment " multi-canal ", de l'appel téléphonique à la plateforme à l'application mobile en passant par l'agence."

Concernant l'écosystème des FinTechs ; "Il y a une volonté forte en France de favoriser l'émergence d'entreprises de la FinTech, que nous soutenons, notamment au travers du pôle de compétitivité Finance Innovation dont la FBF est partenaire. Les banques ont d'ailleurs des relations très fortes avec les FinTechs: elles ont développé des incubateurs, et nombre de FinTechs ont des partenariats, voire des relations capitalistiques avec des banques." ... "elles soutiennent cet écosystème créatif, puissant et dynamique."

Concernant les GAFA ; "Ces derniers ont-ils envie d'assumer la réglementation bancaire ? Elle est très lourde et très coûteuse et la rentabilité de l'activité bancaire relativement faible par rapport à celle des géants de l'internet."

Concernant la sécurité ; "Nous sommes très vigilants sur la sécurité globale du système et l'égalité de concurrence. Il ne s'agit pas d'infliger toute la règlementation de Bâle à un petit acteur spécialisé. Mais entre ça et rien du tout, il y a un équilibre à trouver" ... "en particulier pour les paiements, la Commission européenne a créé avec la directive sur les services de paiements de nouveaux maillons dans la chaîne des paiements, qui ne doivent pas être des maillons faibles." ... "le niveau de sécurité doit être élevé, et doit être le même pour tous. Il en va de la confiance dans l'ensemble du système."

Les risques de Bâle IV

Les travaux du comité de Bâle risquent "d'imposer en Europe une réglementation standardisée, adaptée au financement de l'économie américaine. Or, notre écosystème fonctionne bien grâce à des spécificités très françaises. C'est un combat de modèles de financement qui est en cours à Bâle."... "Les ministres allemand et français et le conseil ECOFIN se sont exprimés, et n'ont pas l'intention de laisser mettre à mal le modèle de financement européen."

Conséquences d’un environnement de taux inédit

"Quand les banques déposent de l'argent à la Banque centrale européenne, cela leur coûte de l'argent : on leur facture 0,40%. Certains de nos adhérents ont commencé à facturer des frais sur les dépôts des très grandes entreprises. Mais personne en France ne facture les dépôts des particuliers."

 
 
 
 
Retour haut de page