Accueil La banque des particuliers Moyens de paiement Chèques Des moyens de paiement pour ceux qui n’ont pas de chéquier  
 
 
 

Infos  

 
10 août 2010

Des moyens de paiement pour ceux qui n’ont pas de chéquier


Pour les personnes qui n'ont plus de chéquier ou pour celles dont la banque décide de ne pas en proposer, les banques se sont engagées en novembre 2004 dans le cadre du CCSF à leur proposer une gamme de moyens de paiement alternatifs.

 

Celle-ci leur permet de régler toutes les dépenses de la vie courante. Elle est disponible depuis octobre 2005 dans toutes les agences bancaires ; la profession multiplie les initiatives pour la faire connaître au plus grand nombre. Le succès de cette gamme dépend aussi de l'acceptation des moyens de paiement modernes dans les services publics : le gouvernement s'est engagé à la développer, notamment dans les collectivités locales.

Des moyens de paiement modernes pour payer les dépenses courantes

Lorsqu'une banque ne met pas un chéquier à disposition de son client, elle peut lui proposer cette gamme de moyens de paiement sécurisés, pour un prix modéré (environ 3 euros par mois en moyenne).

Le contenu de la gamme varie d'une banque à l'autre mais elle comprend au minimum un nombre adapté d'opérations effectuées par virement, prélèvement, TIP, ainsi qu'une carte de paiement à autorisation systématique. C'est un élément de l'offre commerciale de chaque établissement, qui s'ajoute aux packages d'entrée de gamme.

De nombreuses initiatives des banques pour faire connaitre ce service

Affiche de la campagne FBF sur la gamme de paiements alternatifs au chèque, pour les interdits de chéquier

Les banques informent régulièrement leurs clients de l'existence de cette gamme de moyens de paiement et de la carte à autorisation systématique.

Le nombre de Français qui savent que les banques ont mis en place des mesures pour ceux qui n'ont pas de chéquier a augmenté de + 41 % en un an, en juillet 2007. Ils sont désormais 31 % à le savoir en 2007 (Ifop).


Des informations personnalisées

Les banques mentionnent systématiquement depuis avril 2006 ces solutions alternatives dans la lettre d'injonction adressée aux personnes entrant dans le Fichier central des chèques.

Durant le premier semestre 2006, elles avaient adressé une information personnalisée à chaque client interdit de chéquier et non encore équipé d'une solution alternative au chèque. Plus de 1,6 million de clients ont ainsi été informés.


Des initiatives sur le terrain

Pour faire connaître ces avancées aux personnes fragiles et à ceux qui les accompagnent, les comités territoriaux de la FBF organisent régulièrement des rencontres avec les acteurs sociaux. Ce sont eux en effet qui sont en relation les personnes les plus concernées.

A fin 2009, plus de 8 000 acteurs sociaux avaient participé à ces réunions.


Une campagne nationale

La FBF a mené en mars et avril 2006 une campagne d'information : " Sans chéquier, la vie continue " dans la presse quotidienne et la presse TV hebdomadaire diffusée avec la presse régionale.

Ces rencontres ont pour objectif d'échanger les bonnes pratiques, d'améliorer la prévention et de mettre à niveau les connaissances des réseaux d'accompagnement sur les sujets bancaires.


Les actions des pouvoirs publics

Le succès de cette gamme de paiements dépend pour une grande part de la large acceptation des moyens de paiement modernes (carte, prélèvements..) dans les services publics. Le gouvernement s'est engagé à la développer, notamment dans les collectivités locales (cantines, trésorerie...).


Ainsi, sur les 35 000 sites jugés prioritaires (dans les secteurs enfance et famille (ie crèches et cantines), santé et logement social, sport et socio-culturel, eau et assainissement), le nombre de sites équipés pour accepter au moins un moyen de paiement moderne (prélèvement, carte ou TIP) a augmenté de 40 % en 2006 selon la Direction Générale de la Comptabilité Publique (DGCP). C'est un progrès important, mais beaucoup de travail reste à faire toutefois, car cela représente l'équipement de 20 % de la cible.

De même, 630 trésoreries sont équipées, et 200 supplémentaires devaient l'être en 2007.

 
 
 
 
Retour haut de page