Accueil Espace presse Interventions de la FBF La FBF participait au Forum financier Paris Europlace du 12 juillet 2017  
 
 
 

Infos  

 
13 juillet 2017

La FBF participait au Forum financier Paris Europlace du 12 juillet 2017

Le Directeur général délégué de la FBF a participé à la table ronde : "Capitaliser sur les nouvelles étapes réglementaires du G20".

 

Il a rappelé que la profession bancaire française s'oppose à un accord de Bâle qui compromettrait le modèle de financement européen et l'évaluation des risques par les banques. C'est notamment grâce à cette approche des risques que les banques françaises ont si bien résisté pendant la crise financière. Il a souligné ici la position du gouverneur de la Banque de France Villeroy de Galhau qui s'oppose à un "accord de Bâle 4".


Les négociations en cours font craindre un mauvais accord pour les européens qui ne reconnaitrait pas les spécificités de notre modèle de financement.


Du point de vue de la compétitivité nationale, il faut que l'application de la réglementation puisse garantir un véritable " level playing field ". Le récent rapport du Trésor américain soulève d'ailleurs ces questions sur une mise en oeuvre des règlementations de Bâle aux États-Unis.


Au-delà du " level playing field ", il s'agit aussi pour la France et l'Europe d'un enjeu de souveraineté économique et industrielle.

Benoit de La Chapelle a poursuivi en expliquant qu'il est nécessaire d'avoir de grandes banques pour accompagner les grandes entreprises à l'international et assurer le développement des PME.


Il a souligné que les banques du Royaume-Uni et des États-Unis possèdent déjà plus de 50% du marché mondial des Banques de Financement et d'Investissement (BFI). Cette part a augmenté de plus de 10 points en 10 ans au détriment des banques européennes. Les principales banques européennes sont indispensables pour rendre la zone euro résiliente et garantir l'Union bancaire. C'est aussi une question de souveraineté.


Enfin, il a conclu que la supervision est une question politique et que les autorités politiques doivent donc jouer un rôle. Pour faire écho aux déclarations faites par le président Macron lors de sa campagne, Benoit de la Chapelle a réaffirmé que les règles prudentielles devraient être établies au niveau européen par les ministres des Finances lors des réunions Ecofin.

 
 
 
 
Retour haut de page