Accueil Espace presse Communiqués Un ménage sur deux a un crédit : le nombre de ménages ayant un crédit à la consommation a toutefois baissé en 2009  
 
 
 

Communiqué de presse  

 


Un ménage sur deux a un crédit : le nombre de ménages ayant un crédit à la consommation a toutefois baissé en 2009

Selon l'Observatoire des crédits aux ménages(1), 50,8 % des ménages français avaient un crédit en 2009, soit près de 14 millions de ménages (52,6 % en 2008). Ce repli par rapport à 2008 s'explique par la baisse de la demande observée en 2008-2009 après des années record et par la prudence des ménages notamment en matière de crédit à la consommation(2).


Le taux de détention du crédit immobilier se stabilise …

Le taux de détention des crédits immobiliers s'est maintenu à 30,8 % contre 31,3 % un an plus tôt. La baisse des taux pratiqués par les établissements de crédits ainsi que les mesures prises par les pouvoirs publics ont en effet eu un effet positif sur le crédit immobilier. A noter que les jeunes de moins de 30 ans, malgré le contexte actuel, sont de plus en plus nombreux à accéder à la propriété : 21,2 % d'entre eux ont un crédit immobilier en cours en 2009 contre seulement 13,2 % en 2001.

…mais celui du crédit à la consommation décroche

Le taux de détention de crédits à la consommation par les ménages est de 31,7 %, en net recul par rapport à 2008 (33,8 %). Inquiets des conséquences de la crise, les ménages français ont réduit leur recours à ce type de crédit. Ce recul a été néanmoins limité par les effets de la prime à la casse qui a soutenu la distribution du crédit automobile (plus d'un crédit à la consommation sur deux est un crédit automobile). Les ménages de 55-64 ans y ont notamment largement eu recours. A noter également que pour 75% des jeunes détenant un crédit à la consommation, celui-ci finance l'achat d'une automobile ou d'une moto.

Une meilleure perception des ménages sur leur situation financière

En 2008, les ménages avaient fortement anticipé les effets de la crise, d'où une dégradation brutale de leur perception sur leur situation budgétaire et financière. En 2009, ils semblent ressentir une légère amélioration. Ainsi, la part de ceux qui estimaient que leur situation s'était détériorée au cours des 6 derniers mois est en net recul à fin 2009 : 43,3% contre 48,7 % en 2008.

Ils sont désormais 50,5 % à considérer le poids des charges de remboursement comme supportable ou très supportable contre 48,8 % en 2007. Les ménages se sont donc adaptés en intégrant les effets de la crise dans la gestion de leur budget.

Les intentions de recours au crédit pour 2010 : progression pour l’immobilier mais attentisme pour le crédit à la consommation

Les ménages français sont plus nombreux en 2009 à déclarer avoir l'intention de souscrire un crédit immobilier dans les prochains mois : 5,6 % (contre 4,8 % fin 2008), notamment du fait des améliorations régulières des conditions de crédit.

En revanche, ils restent prudents en matière de crédit à la consommation. Les ménages sont 4,4 % à envisager d'y avoir recours dans les prochains mois à fin 2009 (contre 4,6 % en 2008 et 5,1 % en 2007). La montée du chômage, la prudence des ménages, ainsi que la fin des effets du plan de relance pourraient donc continuer à peser sur le crédit à la consommation dans les prochains mois.



(1) Enquête annuelle réalisée par voie postale par la SOFRES en novembre 2009 pour l'Observatoire des crédits aux ménages, auprès d'un échantillon de 9855 ménages.

(2) Crédits à la consommation : financements affectés (automobiles, amélioration de l'habitat et équipement ménager), prêts personnels, crédits renouvelables et opérations de location avec option d'achat.

CONTACT

Benoît Danton
email : bdanton@fbf.fr
Tel : +33 (0)1 48 00 50 70

 
Retour haut de page