Accueil Espace presse Communiqués Ménages fragiles : une population stable mais des difficultés amplifiées par la crise  
 
 
 

Communiqué de presse  

 


Ménages fragiles : une population stable mais des difficultés amplifiées par la crise

La crise financière internationale et ses conséquences sur l'économie accentuent les difficultés financières et budgétaires des plus fragiles des ménages*. C'est ce que souligne une récente enquête** de l'Observatoire des Crédits aux Ménages (OCM).


Ces ménages fragiles ne sont proportionnellement pas plus nombreux aujourd'hui qu'en 1998, période de croissance économique, soit 4,2% de l'ensemble des ménages. Ils paraissent en revanche plus fragiles encore : Près de 52% d'entre eux ont vu leurs revenus diminuer depuis 2 ans alors que 86% ont dû faire face à des dépenses imprévues ou exceptionnelles. En conséquence, plus de 50% considèrent leurs dépenses de la vie courante très difficilement supportables pour leur budget alors qu'ils n'étaient que 20,2% dans ce cas, il y a deux ans. L'augmentation des dépenses contraintes est un des facteurs d'explication de la dégradation de leur situation. Les difficultés de cette partie de la population sont à rapprocher de la montée du surendettement constatée depuis quelques mois par la Banque de France dont l'enquête typologique sur le surendettement souligne qu'il est d'abord lié à un accident de la vie et une baisse du revenu.


Dans ces conditions, la question du recours au crédit de ces ménages doit être examinée attentivement. Alors que leur capacité d'endettement se réduit, un recours au crédit responsable peut permettre de mieux gérer leur trésorerie et de faire face à des dépenses de la vie courante et à des dépenses exceptionnelles. De fait plus de 50% des ménages fragiles détiennent un crédit à la consommation (21,3% dans l'ensemble des ménages).


D'autres évolutions en 10 ans

L'enquête souligne d'autres évolutions : ainsi en 10 ans, la part des ménages fragiles sans crédit a légèrement augmenté pour passer de 1,1 à 1,5%. Au niveau socio-démographique, la part des jeunes ménages (les 34 ans et moins) fragiles est passée de 28,3% il y a 10 ans à 16,8% aujourd'hui tandis que la proportion des ménages fragiles de 65 ans et plus est en hausse à 19,1% fin 2008 contre 6,6% en 1998.


* Les ménages " fragiles " réunissent au moins l'une des trois conditions suivantes : soit juger leurs charges beaucoup trop lourdes, soit estimer les crédits nécessaires pour boucler leurs fins de mois, soit avoir déposé un dossier en Commission de surendettement.

**Enquête retour sur l'évolution de la situation des ménages fragiles réalisée par voie postale par la SOFRES en novembre 2008, pour l'Observatoire des crédits aux ménages, avec sur-échantillonnage des ménages fragiles, ayant permis d'en avoir plus de 500.

CONTACT

Benoît Danton
email : bdanton@fbf.fr
Tel : +33 (0)1 48 00 50 70

 
Retour haut de page