Accueil Contexte réglementaire international Europe bancaire Les banques européennes appellent à finaliser un cadre réglementaire adapté pour soutenir efficacement la croissance économique et la création d'emplois  
 
 
 

Infos  

 
05 mai 2017

Les banques européennes appellent à finaliser un cadre réglementaire adapté pour soutenir efficacement la croissance économique et la création d'emplois

Dans un communiqué de presse publié aujourd'hui, la Fédération bancaire européenne a fait part des différents sujets abordés lors de son Conseil d'administration.

 

Les banques européennes ont réaffirmé leur engagement à soutenir le projet européen et à contribuer activement à un financement responsable des entreprises et des ménages. Elles ont ainsi souligné les conditions favorables de crédit, et l'augmentation des encours de crédits au sein de la zone (Enquête trimestrielle sur les prêts bancaires de la Banque centrale européenne à fin mars 2017).


Frédéric Oudéa, président de la FBE a déclaré : "Nous devons veiller à ce que la compétitivité internationale du secteur bancaire européen ne soit pas entamée. Il appartient maintenant aux décideurs politiques de finaliser l'agenda réglementaire et de trouver le bon équilibre, en évitant un impact sur le financement des ménages et des entreprises tout en assurant le développement d'un secteur de services financiers européen sûr, durable et compétitif qui profite à toutes nos économies ".


Parmi les différents sujets évoqués :

  • Le conseil d'administration de la FBE avertit qu'un changement inapproprié des normes techniques proposées pour les paiements électroniques mettrait en péril l'intégrité des données des clients, compromettrait le " level playing field " sur le marché des services de paiement et ferait peser des contraintes disproportionnées sur les banques dans la mise en oeuvre de solutions techniques qui seraient inutiles.

    Il demande à la Commission européenne d'adopter les recommandations de l'Autorité bancaire européenne (EBA) pour les services de paiement électronique, dans le cadre de la deuxième directive européenne sur les services de paiement (DSP2). Car le fait de s'écarter de ces recommandations irait contre les objectifs d'amélioration de la protection des consommateurs et d'amélioration de la sécurité des services de paiement dans l'Union européenne.


  • Le conseil d'administration de la FBE continue de craindre que " Bâle IV " puisse avoir des conséquences négatives importantes sur le financement bancaire en Europe si les paramètres des recommandations sont mal calibrés.

    Il estime que les décideurs européens ne devraient soutenir un accord que si celui-ci n'a aucun impact sur la capacité des banques à financer les entreprises et les ménages et ne met pas en péril les perspectives de croissance européennes. En outre, il demande aux décideurs européens de prendre en compte les spécificités du financement bancaire de l'UE (par opposition à la structure du financement aux États-Unis), notamment pour les crédits immobiliers et les crédits aux entreprises.


  • Enfin, le conseil d'administration de la FBE a discuté des prochaines négociations entre l'UE et le Royaume-Uni sur l'adhésion à l'UE et les discussions en cours sur la coopération future entre les pays de l'UE27 et le Royaume-Uni. Et en ce qui concerne la création de l'Union des marchés de de capitaux (UMC), le Conseil souhaite que la Commission européenne développe une approche plus ambitieuse, le financement de l'économie par les marchés de capitaux étant nécessaire en complément du financement bancaire.

 
 
 
 
Retour haut de page